Le métier d’Orthophoniste par Job Medical

Infirmière, aide-soignant, personnel du paramédical, Job-Medical vous conseille et vous donne son avis sur les différents métiers du secteur. Egalement, sur son site JobMedical met en avant des offres d’emploi de courtes et de moyennes durée au sein d’établissements de santé comme les cliniques, les CHU, les maisons de retraites…

Continuer la lecture de « Le métier d’Orthophoniste par Job Medical »

Le métier d’Auxiliaire de puériculture par Job Medical

Infirmière, aide-soignante, personnel du paramedical, Job-medical vous conseille et vous donne son avis sur les différents métiers du secteur. Egalement, sur son site Job Medical met en avant des offres d’emploi de courtes et de moyennes durée au sein d’établissements de santé comme les cliniques, les CHU, les maisons de retraite…

Job Medical nous présente le métier d’Auxiliaire de puériculture

Le rôle de l’auxiliaire de puériculture (AP) s’inscrit dans une approche globale de l’enfant et prend en compte la dimension relationnelle des soins ainsi que la communication avec la famille dans le cadre du soutien à la parentalité

Mission du métier : Auxiliaire de puériculture

Les missions de l’auxiliaire de puériculture dépendent de l’établissement dans lequel il ou elle est affecté(e). Elle peut travailler dans une crèche, dans la nurserie d’une maternité ou d’un hôpital, voire même à domicile.
En milieu hospitalier, elle peut être amenée à prendre soin d’enfants malades. Cependant, contrairement à la puéricultrice, elle n’est pas habilitée à donner des médicaments ou procurer des soins d’urgence : en cas de problème médical, elle doit en référer rapidement à son supérieur. Les responsabilités de l’auxiliaire de puériculture sont donc moins nombreuses que celles de la puéricultrice

Quelles sont les compétences requises pour devenir Auxiliaire de puériculture ?

Patience et douceur

Pour exercer ce métier, aimer les tout-petits n’est pas un critère suffisant. Patience, disponibilité et douceur sont requises pour travailler toute la journée avec des enfants en bas âge. De même, une bonne santé et un solide équilibre psychologique sont nécessaires pour s’investir dans ce métier.
Dynamisme et autorité

Pour proposer et mener à bien des activités éducatives, l’esprit d’initiative, le dynamisme et l’autorité sont les bienvenus. L’imagination et les aptitudes à l’animation doivent être complétées par un grand sens des responsabilités, une rigueur et une attention de tous les instants. La vigilance de l’auxiliaire de puériculture est en effet constamment sollicitée !

À l’écoute des parents

Le contact avec la famille reste important au quotidien. Dans l’intérêt de l’enfant, l’auxiliaire de puériculture reste soucieuse d’entretenir une relation satisfaisante avec la famille. Sa bienveillance l’aide à jouer un rôle de soutien auprès des parents. Par ailleurs, elle participe de plus en plus à l’accueil et à l’intégration sociale d’enfants handicapés ou atteints de maladies chroniques.

Le saviez vous ?

60 000 auxiliaires de puériculture exercent en France. 99 % sont des femmes.

Le métier de Kinésithérapeute par Job Medical

Infirmière, aide-soignante, personnel du paramedical, Job-medical vous conseille et vous donne son avis sur les différents métiers du secteur. Egalement, sur son site Job Medical met en avant des offres d’emploi de courtes et de moyennes durée au sein d’établissements de santé comme les cliniques, les CHU, les maisons de retraite…

Job Medical nous présente le métier de Kiné

Avec douceur ou vigueur, le “kiné” manipule le corps de ses patients pour soulager une douleur ou rééduquer les personnes souffrantes. En effet, La kinésithérapie est une profession paramédicale qui consiste à traiter la douleur des patients par le massage et la gymnastique médicale. Spécialiste de la rééducation motrice, il intervient auprès de personnes atteintes de troubles musculo-squelettiques, respiratoires, cardiovasculaires ou encore psychomoteurs.

Job Medical liste les principales  missions du kiné

Repérer la pathologie

En premier lieu, il étudie le dossier médical (radiographies, ordonnances du médecin référent…) du patient et pratique un examen clinique pour définir les méthodes et les moyens à mettre en oeuvre et du protocole à suivre.

Des techniques diverses

Le kiné fait ensuite appel à de nombreuses techniques : massages répétés sur une zone douloureuse, mouvements de gymnastique à l’aide d’appareils, de poids… Il peut aussi utiliser l’eau (les séances se déroulent alors dans une piscine), la chaleur, la ionisation ou les ultrasons

Remise en forme, relaxation…

Sur prescription médicale, le kiné peut réaliser des bilans de capacité. Il intervient parfois, sans prescription médicale, dans le domaine sportif (remise en forme, relaxation, massage…) ou esthétique (exercices de relaxation pour le visage, par exemple).

Quelles sont les compétences requises pour le métier de Kiné ?

 

Du nourrisson au sportif de haut-niveau en passant par le cadre fatigué ou la personne âgée… les patients sont tous différents. Au kinésithérapeute de tenir compte de leur état physique et de leurs besoins. Il doit leur donner confiance, les encourager à persévérer dans leurs efforts, les remotiver et les stimuler dans leur parcours de soins. L’observation de l’évolution du patient est indispensable pour travailler efficacement.

Un bon mental

Un bon équilibre émotionnel, une implication réelle dans la recherche de solutions adaptées à chaque situation et un accompagnement souple (selon l’évolution des patients) sont indispensables pour travailler avec des personnes parfois en grande difficulté (poly-traumatisés, malades chroniques, handicapés…).

Curiosité scientifique

Pour rester au meilleur niveau et s’ouvrir des nouvelles possibilités d’intervention, les kinésithérapeutes s’informent et se forment tout au long de leur vie professionnelle.

Bonne résistance physique

Une bonne résistance physique est requise pour manipuler les patients, répéter des exercices de rééducation, réaliser des gestes et des massages.
Écoute et observation